Faire la lumière sur la fibromyalgie

23646154_s-FibromyalgieLa fibromyalgie est un trouble chronique du système nerveux central. Elle se caractérise par des douleurs dans l’ensemble du corps qui sont souvent accompagnées de fatigue, de dépression et de problèmes de sommeil. Cette condition est médicalement reconnue que depuis une vingtaine d’années et demeure à ce jour difficile à traiter dans son ensemble. Les statistiques démontrent que la fibromyalgie touche principalement les femmes et les multiples symptômes peuvent souvent se manifester progressivement au fil des ans, ce qui explique la difficulté et la complexité de poser un diagnostic précis.

Contrairement à croyance populaire, la fibromyalgie n’est pas une maladie des muscles, des tendons et des ligaments. Par contre, une activité rigoureuse provoquera une augmentation de la douleur ressentie dans ceux-ci. D’autre part, on retrouve 18 points gâchettes typiques dans les cas de fibromyalgie, dont  11 doivent être actifs pour établir le diagnostic.

Un diagnostic de fibromyalgie ne peut être établi qu’à la suite d’un examen physique approfondi et une étude des antécédents médicaux du patient. Il n’existe pas d’analyse de laboratoire ni de radiographie ou test technologique spécifique pour confirmer le diagnostic.

Causes de la fibromyalgie

La cause précise de la fibromyalgie est toujours inconnue, mais du point de vue génétique, on note que 28 % des enfants d’un parent souffrant de fibromyalgie vont développer la maladie. D’autre part, ce sont un ensemble de facteurs qui, réunis, présentent un terrain propice au déclenchement du processus pathologique de la fibromyalgie. Parmi ces facteurs, on retrouve :

  • un syndrome du colon irritable, généralement relié à une intolérance au gluten, au glutamate monosodique ou à certains aliments. Lorsque cette condition existe, la barrière de la muqueuse intestinale laisse passer des protéines non digérées ainsi que d’autres substances qui provoquent une réaction inflammatoire au cerveau. Cette inflammation perturbe les mécanismes d’inhibition de la douleur du cerveau, ayant pour effet de créer une hypersensibilité à la douleur.
  • une atteinte aux petites fibres nerveuses à travers le corps, ce qui provoque une perte de myéline dans celles-ci menant à une augmentation de la perception de la douleur
  • une accumulation de traumatismes psychologiques qui affectent l’activité du système limbique du cerveau qui, à son tour, influence négativement la quantité et la qualité de la douleur perçue
  • une attaque auto-immunitaire déclenchée par l’inflammation cérébrale qui est soit d’origine génétique ou physiologique (syndrome du colon irritable)
  • une déficience des mécanismes d’inhibition de la douleur du système nerveux central
  • une augmentation de la plasticité des neurones nociceptifs non spécifiques à large gamme dynamique dans la moelle épinière qui sont liés à l’amplification de la sensation de la douleur

Symptômes associés à la fibromyalgie

La liste ci-dessous fait état des symptômes psychologiques et somatiques de la maladie, tels que répertoriés par le Collège des médecins du Québec dans sa publication sur la fibromyalgie. Ce document a été retiré en août 2005 suite à des découvertes liées aux troubles systémiques associés à la fibromyalgie, notamment ceux relatifs au système nerveux central. Toutefois, les symptômes identifiés dans cette liste demeurent pertinents et reconnus.

Symptômes psychologiques

Au niveau de la sphère affective : anxiété, détresse émotionnelle, irritabilité, panique et sautes d’humeur

Au niveau de la sphère cognitive : difficulté à nommer des objets, difficulté à se concentrer et troubles de mémoire

Symptômes somatiques

Au niveau du système cardiovasculaire : palpitations et phénomène de Raynaud

Au niveau du système respiratoire : allergies, dyspnée et toux

Au niveau du système digestif : bouche sèche, dysphagie et dyspepsie

Au niveau du système génito-urinaire : cycle menstruel irrégulier, dysménorrhée et urgence mictionnelle

Au niveau du système endocrinien : fatigue généralisée, hyperhidrose, hypoglycémie, peau sèche et perte de cheveux

Au niveau du système musculo-squelettique : costo-chondrite, dysfonction temporo-mandibulaire et spasmes musculaires

Au niveau du système nerveux : céphalées, migraines, dysesthésies (engourdissements, picotements, sensations de brulure), hypersensibilité aux bruits et aux odeurs, tendance à échapper des objets, acouphènes, visions doubles, troubles d’équilibre et étourdissements ainsi que les yeux secs et larmoiement

Traiter la fibromyalgie avec l’approche de neurologie fonctionnelle

Il n’existe aucun traitement spécifique ou particulier pour soigner la fibromyalgie. Grâce aux avancements scientifiques associés à la neurologie fonctionnelle, il est possible de privilégier une approche multimodale et non médicamenteuse qui permet de rééquilibrer les différents systèmes dysfonctionnels causant la panoplie de symptômes associés à la fibromyalgie.

Dans le cadre de ce type de traitement non médicamenté, le but est d’augmenter la production de sérotonine par le noyau raphé et de la noradrénaline du noyau locus ceruleus du tronc cérébral, diminuer l’activité des cellules microgliales du cerveau, stimuler l’hypothalamus, augmenter l’apport des fibres nerveuses A-alpha dans les récepteurs des joints, diminuer l’activité des points gâchettes, diminuer l’inflammation intestinale associée aux intolérances alimentaires, de même qu’augmenter l’activité musculaire de façon progressive et modérée. Toutes ces interventions permettront de normaliser l’ensemble des activités du cerveau qui provoque l’hypersensibilité à la douleur associée à la fibromyalgie.

L’augmentation de la production de sérotonine se fait en combinant des stimulations visuelles lumineuses (Eyelights) et l’ingestion du supplément alimentaire 5HTP qui est un précurseur de la sérotonine. Ceci sert à stimuler les systèmes sérotoninergique et noradrénergique qui sont fortement impliqués dans les mécanismes neurophysiologiques d’inhibition de la douleur.

L’utilisation de suppléments tels le curcumin avec biopérine, le resveratrol, la vitamine D3 et les omégas-3 (EPA-DHA) est essentielle pour diminuer l’hyperactivité des cellules microgliales du cerveau, car lorsqu’elles subissent de l’inflammation, ces cellules provoquent la destruction des cellules cérébrales. Le magnésium est également essentiel pour calmer les récepteurs NMDA sur les neurones qui causent une suractivité des cellules microgliales, ainsi que la vitamine B12 méthylée, la vitamine C et la vitamine E.

La stimulation de l’hypothalamus se fait par la voie spino-hypothalamique de la moelle épinière en utilisant la neurocryostimulation hyperbare au CO2 (référence). Le but est d’augmenter l’activité hypothalamique qui a un effet inhibiteur sur l’activité du système nerveux sympathique. Une suractivité du système nerveux sympathique augmente la perception de la douleur, donc il faut la diminuer.

L’augmentation de l’apport de messages neurologiques provenant des fibres A-alpha (non douloureuses) est réalisée en améliorant l’activité biomécanique appropriée des articulations du squelette. Des ajustements chiropratiques avec ou sans cavitation permettront d’atteindre ces corrections articulaires et fermer le portillon aux fibres A-delta et C qui sont associés à la perception de la douleur (cliquez sur article douleur). Par après, lors d’exercice modéré, il y aura une activation des récepteurs A-alpha normalisés grâce à une biomécanique optimisée.

La diminution des points gâchettes (18 points sont répertoriés dans la fibromyalgie et onze doivent être présents pour valider le diagnostic) se fait par accupression, laser froid pulsé et neurocryostimulation, le tout accompagné d’étirements musculaires, de thérapie méridienne et de thérapie par microcourants.

L’inflammation intestinale est généralement à la source du côlon irritable qui entraine un effet néfaste sur le cerveau.  Une combinaison de L glutamine et probiotique avec un régime sans gluten ni autres aliments créant de l’inflammation intestinale permettra de résorber le problème de côlon irritable et par conséquent réduira de façon importante l’effet d’inflammation au cerveau tout en étant propice à un meilleur fonctionnement des systèmes inhibiteurs des douleurs associés à la fibromyalgie.

En neurologie fonctionnelle, un protocole de traitement multimodal pour traiter un patient souffrant de fibromyalgie est personnalisé selon les faiblesses particulières ou l’hyperactivité des systèmes du patient affectés par cette pathologie. Dans le but d’obtenir des résultats efficaces et durables, il est très important de :

  • réduire et surveiller le taux de sucre (glycémie) – le patient doit éviter les sucres raffinés, car ces derniers ont un effet de surproduction d’insuline et de cortisol, ce qui provoque de l’inflammation au niveau du cerveau
  • augmenter l’oxygénation cellulaire au cerveau, et ce, en faisant quotidiennement et selon le niveau de tolérance de l’individu, de l’exercice modéré. De plus, des suppléments de Gingko Biloba avec vinpocétine aideront au niveau de l’oxygénation et de la vascularisation du cerveau.
  • effectuer des stimulations sonores à basse fréquence pour augmenter les mécanismes inhibiteurs de douleurs dans le cerveau
  • effectuer des exercices de neurologie fonctionnelle pour augmenter l’activité du lobe frontale du cerveau. Celui-ci à un effet inhibitoire sur le système limbique et sur le système hypothalamique postérieur qui augmentent la douleur, de même qu’un effet d’excitation sur la formation réticulée du bulbe qui a un effet inhibitoire sur l’activité du système nerveux sympathique pour diminuer la douleur.

Choisir l’approche qui nous convient le mieux

Pour trouver le bon traitement, qui évidemment ne sera pas le même d’un patient qui souffre de fibromyalgie à l’autre, il faut d’abord faire un examen approfondi et vérifier la fonction et l’état intégré du système nerveux central, du système nerveux périphérique et du système gastro-intestinal. Il faut aussi comprendre la notion d’excitation associée à l’immunodéficience causée par l’inflammation au cerveau.

En médecine conventionnelle, le traitement consiste à prescrire des antidépresseurs qui contiennent les molécules susceptibles d’augmenter deux neurotransmetteurs par le recaptage des molécules dans l’espace synaptique (soit la sérotonine et la noradrénaline, qui sont des modulateurs qui diminuent la perception de la douleur), des anti-convulsant, des relaxants musculaires et des opioïdes.

Cependant, il existe une alternative. En traitant les différentes origines et causes des mécanismes d’inflammation au cerveau, il est possible de rétablir la production normale de sérotonine, le neurotransmetteur ayant un rôle très important dans les symptômes associés à la fibromyalgie. Selon l’individu, les réponses aux traitements multimodales associées à la neurologie fonctionnelle varient d’une guérison complète à une nette amélioration des symptômes, ce qui permet aux personnes souffrant de fibromyalgie d’améliorer considérablement leur qualité de vie, sans dépendance sur la médication qui, tout en pouvant aider à soulager certains symptômes, n’est pas sans provoquer des effets secondaires indésirables.

Auteur : Dr Yves Roy, D.C., chiropraticien
Mars 2015

« Retour aux publications

Dr Yves Roy, Chiropracticien

Clinique Chiropratique Chambly
729, rue St-Pierre
Chambly (Québec) J3L 1M1
cliniquechambly@gmail.com

T. 450 658-3636 ou 514 893-8501

À la une

15087947_s-blé-article-glutenLe gluten : Le nouveau mal du siècle

Auriez-vous une sensibilité insoupsonnée au gluten qui est sousjacente à votre problème de santé? Lire l'article...

Heures d’ouverture de la Clinique

Lundi7 h à 11 h15 h à 20 h
MardiFermé toute la journée
Mercredi7 h à 11 h15 h à 20 h
JeudiFermé15 h à 20 h
Vendredi7 h à 11 hFermé

Pour un rendez-vous, appelez en tout temps au :
450 658-3636 ou 514 893-8501

Back to Top